Rejoignez la flibuste et sillonnez les océans d'Azeroth à bord du Ronae !
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 A la poursuite de la Lune.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Theira

avatar

Messages : 160
Date d'inscription : 06/12/2010
Age : 24

MessageSujet: A la poursuite de la Lune.   Lun 29 Aoû - 22:10

( Voilà, incohérences corrigées ! Wink. Le récit concerne la période du 1er Juillet au 13/14 Juillet de cette année !)


    Prologue: Une ombre menaçante.

    "Fais-le venir ici." L'ordre tomba comme un couperet, sec et tranchant.

    Le vieillard se mordit les lèvres, commençant avec peine à comprendre la terrible situation qui se jouait à lui, d'autant plus que sa position était de plus en plus inconfortable.

    " Ce n'est plus lui le meneur ... Il ne pourra pas, il ne viendra pas." Le vieux mage hésita sur les derniers mots, la peur lui broyant littéralement l'estomac. Elle s'accentua davantage quand la silhouette haute et fine, encapuchonnée, tapa du poing sur la table à ses côtés, faisant sursauter le vieil humain mais aussi la bougie dégoulinante et les antiques ouvrages.

    " Qui le remplace ? Qui maintenant ... ?"

    " Son aînée... Je peux essayer mais ... Ce n'est pas son père."

    La présence sombre ricana légèrement, les doigts gracieux tapotant la table avec un enthousiasme non feint.

    " Oh, mais si elle viendra ... Elle viendra. Tu feras le nécessaire de toute façon, ou la petite cessera de vivre."

    " Mais je ... "

    " Suffit."

    Le vieux mage baissa la tête vers le parchemin vierge, les lèvres tremblantes et le regard humide, une larme coulant le long de sa joue décrépie pour tomber sur le papier dans un tintement sinistre.

    " Écris la lettre maintenant. Vite."

    Il n'avait jamais trahi Maestran, ni même pensé le faire un jour, mais son sang était aujourd'hui en jeu ... Le vieil homme murmura quelques mots en thalassien, une sorte de supplique célèste en la sainte lumière... Qui lui valurent un coup dans les côtes, lui tirant un gémissement pitoyable puis un ricanement désagréable de son adversaire.

    " Elle ne pourra refuser quand elle me verra. Nelandÿl aurait dû être ma femme."



    Chapitre 1: Sur la route du soleil.


    Ils avaient quitté le Quel'Thalas aussi rapidement que possible, prenant un portail stable de Lune d'Argent pour rejoindre un avant-poste orc dans Strangleronce. Point de rendez-vous avec les deux Ronae conviés à la mission imprévue. Tous étaient tendus, incertains de la finalité de cette expédition en territoire ennemi. Même l'enthousiasme trop poussé de la duchesse inquiétait, elle était dans la surenchère pour motiver ses troupes et ... Cela ne présageait rien de bon.

    Une fois tous réunis sous une des tours de garde du campement de la Horde, la matriarche prit la parole pour expliquer dans un long monologue leur objectif premier, avant de prendre la tête du groupement, faisant évoluer celui-ci au travers de la jungle chaude et humide.

    Tous à pieds selon les indications mentionnés. Le cheminement laborieux dura un temps, jusqu'à une clairière non loin de la frontière où l'expédition rejoignit une hutte et des écuries mêlant worgs et chevaux. A portée de vue, un gobelin. Couché sur une sorte de siège allongé et qui, visiblement, dormait paisiblement sous le rythme de ses ronflements. Nelandÿl fît un geste. C'était lui.


    *


    La duchesse s'avança vers l'immonde créature verdâtre, prenant dans sa démarche tout l'élan que pouvait lui conférer sa noblesse. Penchant les oreilles en arrière, elle s'inclina en engageant la conversation de sa voix la plus forte, pour être certaine du bon réveil du marchand.

    " Bonjour maître Mixzarb. "

    Il se réveilla en sursaut, un peu paniqué puis se ravisa en voyant devant lui l'attroupement elfe et ... Orc ?

    " Ah ... Ah pas trop tôt ! Bonjour bonsoir, ce que vous voulez, mais votre retard m'enquiquine bien ! Vous savez ce que ça me coûte un sommeil pareil ? Beaucoup trop ! Vous m'aviez dit rapidement, mais c'est lentement que vous débarquez ... Il faudra payer plus !"

    Nelandÿl hocha juste de la tête, sa main s'agitant dans un geste d'impatience.

    " Donnez-nous les chevaux. "

    " La bourse d'abord madame ! "

    La matriarche détacha le sac rond et lourd de sa ceinture, la lançant au Gobelin sautillant, non sans un regard vers le groupe derrière elle.

    " Voilà voilà !"

    Mixzarb partit en courant derrière la hutte, plantant là l'expédition. Avant de revenir. Avec moins de chevaux que prévu initialement. On le vit notamment au travers du sourire crispé de Nelandÿl.

    " Montez, on y va."

    Ils saluèrent à peine le petit être verdâtre avant de partir au galop, certains chevaux portant deux cavaliers. Ils pensaient tous s'élancer, quand, une fois hors vision du marchand, la duchesse leva la main pour signifier l'arrêt. Elle porta immédiatement son regard sur Nesereth, la furtive du groupe.

    " Tue le, ne laisse pas de trace, récupère la bourse. Fait brûler au passage la hutte ... Et récupère toute information pouvant nous concerner. On t'attend ici."

    Une sorte de frisson froid parcouru l'ensemble ... Commencer une mission par un meurtre n'était pas de bonne augure. Mais personne ne protesta, laissant l'ombre vive se glisser vers la clairière.


    **


    Les deux orques attachèrent les liens de leurs capuches, camouflant leurs visages verts et leurs crocs spécifiques à la race de Thrall, suivant de près la tête de l'expédition. Sombre comté. Territoire humain. Territoire ennemi. Elles n'étaient pas à l'aise. Mais les elfes ne l'étaient pas non plus. A n'en pas douter, un corps Sin'dorei à quelques lieux de la capitale ferait de nombreux remous, c'est pourquoi dès le passage de la frontière, ils quittèrent la route et s'enfoncèrent dans les bois, guidés par la carte que lisait Gaéthys et les indications de Nelandÿl.

    Forêt sombre, mauvaise, sanctuaire d'un crime passé et des hurlements de loups. La vigilance était de mise car se faire surprendre par l'ennemi de la Horde n'était pas possible. Ils tueraient la patrouille mais celle-ci manquerait à l'appel, entraînant une suite d'actions pouvant compromettre très sérieusement leur mission. La nuit tombait quand ils trouvèrent enfin l'entrée du vieux manoir. Presque aussi lugubre de l'extérieur que tout le reste de la forêt.

    Nelandÿl sauta dans un bruit sourd sur le sol, vérifiant derrière eux les traces des chevaux. Rien ne pouvait indiquer ainsi la venue de la Horde dans sombre comté. Elle soupira, soulagée. Puis fît signe aux autres de démonter également et de la suivre. Quelque chose n'allait pas et son père ayant insisté avec ferveur, il fallait désormais prendre audience auprès de Malran. Et voir ce qu'ils allaient faire pour l'aider. La matriarche en tête, ils s'approchèrent de la porte principale.




    Chapitre 2: Surprise au déjeuner.


    Draggam s'étira, ses cuisses l'échauffant douloureusement. Un cheval. Par les cornes des talbuks, un worg était tellement mieux ! Dire qu'il avait fallu que ce soit un cheval. Elle grogna, vérifiant du coup l'état des onguents dans sa sacoche. Au moins, ça, personne ne pourrait le lui enlever. Soulager ses douleurs à l'heure du coucher grâce à son travail sur les plantes ... La chamane remercia les esprits d'avoir toute sa tête et de ne pas oublier ses remèdes dans les situations du même genre.

    Secouant la tête férocement, elle posa ensuite son regard sur le vieux mage courbé qui débarquait dans la pièce, allant s'asseoir sur un vieux fauteuil derrière une table. Ils allaient enfin savoir.


    *


    " Merci, ma chère duchesse pour votre présence ... " La voix enrouée du vieil homme entama la conversation, surprenant Draggam par sa lenteur extrême. C'était une situation d'urgence et... Il mettait autant de temps ?

    " Malran. En quoi pouvons nous vous aider ?"

    Il toussa, l'air malade, agitant la main comme pour calmer la matriarche dans sa vigueur... Sans réussir.

    " Votre père ne m'a pas oublié ... Ça ... Ça me fait plaisir. Il serait bien malheureux de voir ma situation ... "

    " Seigneur. Venez en aux faits."

    " Gilnéas, ma fille ... Mais elle va bien. C'est son propre enfant à elle ... " Le mage se passa une main sur le front, fixant la bougie en chancelant presque.

    " ... Quoi donc ? Votre petite fille ? "

    Malran se leva, se massant le front, tremblant un peu plus. La chamane ne comprenait pas, ses symptômes étaient divers, pas incompatibles mais ... Étranges. Surjoués ? Non, quand même pas ...

    " Pas ce soir, je ... Je suis désolé. Ma ... Migraine a empiré. Parlons en demain ... Oui bonne idée, demain matin ce sera mieux."

    L'orque vit la matriarche pincer les lèvres, passablement inquiète, se tournant vers eux une fois que le mage fût sortit de la salle en titubant.

    " Trouvez un coin pour dormir, nous reprenons dès qu'il sera réveillé."


    **


    La chamane enleva ses totems, puis son armure de maille qu'elle posa sur le sol, se glissant ensuite contre le coin de la pièce. C'était une chambre d'invité. Pas prévue pour autant de monde cela dit. Deux elfes occupaient d'ailleurs le lit. Relevant la tête légèrement, Draggam reconnu la prêtresse Gaéthys et sa jeune sœur, Nesereth. Leurs lèvres bougeaient à rythme irréguliers ... Elles étaient en pleine discussion à l'évidence. Retournant à ses affaires, l'orque fouilla dans sa sacoche, sortant un onguent après l'avoir reniflé vivement. Bonne pêche. Elle prit de la pâte verte sur ses gros doigts avant de l'appliquer sereinement sur ses cuisses. La fraîcheur agréable, la sensation de ne plus brûler ... La chamane soupira.

    Du coin de l'œil, Nag'har l'observait. Elles s'étaient déjà vue auparavant, dans les montagnes d'Altérac ... Même clan mais pas même sang. Draggam lui lança un sourire, se mettant ensuite à prier les esprits.
    C'est sur cette pensée chamanique que l'orque s'endormit.


    ***


    Un bruit de métal tapant contre le mur fît ouvrir un œil à Draggam. Un éclair lumineux lui arracha un grognement, immédiatement stoppé par un coup douloureux sur son épaule. D'autres sons similaires lui parvinrent ... Mais ce qui la choqua le plus, c'était le thalassien. Ouvrant les deux yeux pour mieux voir, la chamane tomba nez à épée avec un haut elfe. Ah, pire. Un contingent de haut elfes. Et tous ses compagnons dans la même position qu'elle, à quelques centimètres près.

    "Menez les au Capitaine." Même sans comprendre les plus infimes nuances de la langue elfique, le ton employé ne laissait pas de doute. Ils étaient tombés dans un piège. Et le soleil venait à peine de se lever.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Theira

avatar

Messages : 160
Date d'inscription : 06/12/2010
Age : 24

MessageSujet: Re: A la poursuite de la Lune.   Lun 29 Aoû - 22:11



    Chapitre 3: Ce n'est qu'une histoire d'énergie.


    Oelaryn se tenait droit, mal à l'aise, sa main tenant fermement le bras de Nesereth qu'il refusait de lâcher. Depuis le début de l'expédition il avait sympathisé avec elle et n'osait pas l'abandonner maintenant face à une meute enragée de traîtres aux yeux bleus. Le maître de ceux-ci n'était d'ailleurs pas présent. Ni la matriarche. Il n'y avait que sa troupe à lui, composée de femmes et d'orques face aux soldats armés Quel'dorei, sans compter le vieux mage assis sur son fauteuil, se tenant la tête entre les mains. La situation le dépassait légèrement. Non, beaucoup en fait. Et l'absence d'autres mâles dans ses rangs l'inquiétait d'autant plus.

    " Alors comme ça, les suceurs de démons sont devenus suffisamment stupides pour s'aventurer aussi loin des terres du soleil !" L'insulte fusa de l'autre côté de la salle, des lèvres d'un jeune Quel'dorei passablement nerveux, brisant le silence par son martèlement haineux et surprenant les deux peuples restés figés jusqu'alors.

    " Regardez-les ! Ils vont finir par se transformer en déshérités s'ils n'ont pas leur dose !" Il insistait, encore et encore, se tournant vers les siens tous mués dans une retraite tendue et vigilante. Les plus âgés semblaient même ennuyés.

    En face, Oelaryn serrait les dents, sentant le regard de Theira se poser sur lui. Ses poils se hérissèrent. Il détestait le regard des démonistes, toujours aussi calculateur, froid et ... inquisiteur. Mais le jeune mage se reprit, tirant sur le bras de Nesereth pour la cacher dans son dos. Hurlant à son tour, sa jeunesse lui coûtant.

    "Ah, ce sont bien des couilles molles comme vous qui ont soutenu Dark'han ! Hein n'est-ce pas ? Ça fait quoi d'être apatride les lâches ? Plus de capitale, plus d'âme, rien que l'errance et la haine ... Les déshérités, c'est vous."

    Du coin de l’œil, Oelaryn aperçu Gaéthys se passer les mains sur le visage dans un geste désolé au possible. Alors que le silence était retombé, le jeune excité en face reprit ses vociférations.

    " Tais-toi partisan de la légion !"

    " Partisan du Quel'thalas s'il te plaît. Surtout que bon, démon peut-être mais pas le cul de Varian au moins."

    Il se jeta dans un élan de colère incalculé sur Oelaryn, se battant à main nue contre lui tout en entretenant leur joute verbale. De chaque côtés de la pièce, les autres n'avaient pas bougés, indifférents pour certains ou gênés pour d'autres ...

    " Corrompus, tu es corrompus ! "

    " Lâche, traître ! Garithos ne t'as pas suffit ?!"

    " Kael'thas est la honte de notre sang ! Et votre folie aussi !"

    " Les naarus nous ont pardonnés sale traître !"

    " Le puits de soleil est nôtre !"

    " Nous l'avons récupérés sans toi ! Traître ! Lécheur de l'alliance !"

    La porte de la salle s'ouvrit dans un claquement foudroyant, arrêtant net la mêlée des deux jeunes garçons. Un haut-elfe en cape noire, cheveux blancs déployés comme une crinière impériale, s'avança vers eux, suivit derrière par la matriarche, le regard douloureux.

    Oelaryn se dégagea rapidement, venant prendre appuie contre Gaéthys, observant cette apparition avec anxiété. Nelandÿl n'était pas du genre à se plier à l'ennemi. Mais ... Quelque chose n'allait pas. Pas du tout.

    " Quel grabuge pour une histoire d'énergie." La voix de l'elfe claqua comme un fouet. " Nous ne sommes pas ici pour débattre. Mais pour convier nos frères du Quel'Thalas à une mission de très haute importance. Je pensais hélas que vos cerveaux seraient apte à comprendre." Glaciale ... Et étrangement familière.

    Le jeune soldat haut elfe se releva, s'éloignant des Sin'dorei en reculant, droit et silencieux avant de baisser la tête une fois retourné dans ses rangs. Le mage resta bouche-bée par une obéissance aussi extrême. A l'évidence, ce Capitaine ne devait pas être un être tendre. Loin de là.

    Celui-ci se tourna justement vers Oelaryn, le fixant.

    " Bonjour mon frère. Cela fait longtemps. N'est-ce pas ?"


    *


    Oelaryn regardait le plafond, silencieux et des maux de ventre le prenant, sa tête posée contre l'épaule de Nesereth qui le surveillait. Ils écoutaient silencieusement la discussion entre Nelandÿl, Malran et Holéron. Haut-elfe et elfe de sang dans la même pièce, l'ambiance s'avérait pourtant aucunement tendue, juste ... Gênée. Terriblement.

    D'autant plus que le Capitaine du contingent Quel'dorei n'était autre que son propre frère. Qu'il n'avait pas vu depuis plus de vingt ans d'ailleurs. Le jeune mage se pinça le front, espérant que cet ensemble d'événements n'était ... Qu'un rêve. Ou alors un cauchemar. Dans l'état actuel, difficile de dire encore lequel ...

    " Nous allons devoir mobiliser vos troupes, Matriarche, pour une longue cavale. Direction le nord."

    " Pas de magie, je présume ?"

    " On veut éviter que certaines ... Personnes vous retrouvent. Vous comprendrez pourquoi."

    " Et nous utiliser comme passe droit, vous pensez que ça va aider ?"

    "Nous ne laisserons pas de survivants derrière nous. Il n'y aura donc aucuns problèmes ... N'est-ce pas, ma chère ?"

    Oelaryn se mit à fixer le vieux mage, non plus malade mais ... Terriblement dévoré par l'inquiétude. Il ne semblait pas mauvais au premier regard mais son malheur se lisait tellement facilement sur son visage rongé par la vie éphémère des humains ... Son frère devait faire pression sur Malran d'une manière cruelle au possible. Il n'y avait pas d'autres raisons possibles pour qu'un proche de la famille Portelune ... trahisse un serment vieux de plusieurs siècles.

    " Quant aux orques ... " Holéron se tourna vers Draggam et Nag'har, tenues à l'écart du groupe de la matriarche, sous le fait des armes du contingent. " Elles ne pourront pas venir avec. Des orques qui attaquent dans cette zone, c'est bien trop étrange et cela risque de donner la puce à l'oreille de certains. Et je veux récupérer mon trésor avant qu'il ne soit trop tard."

    " Elles sont sous ma protections et répondent de mon nom. Qu'allez vous en faire ?"

    " Je vais les mener à un campement de notre famille, non loin d'ici. Elles seront constituées prisonnières le temps de notre opération commune ... Vous pourrez les reprendre après. "

    Oelaryn se releva dans un élan de réflexion imprévu, puis s'arrêta de bouger une fois debout, comme prit d'un étourdissement. Puis il s'écroula comme une masse sur Nesereth.

    "Il fait un malaise, vite, Gaéthys !"



    Chapitre 4: Impasse.


    Nelandÿl se tenait contre la balustrade, fixant les environs silencieusement. Un piège. Comment était-ce possible ? Tout semblait pourtant bien se dérouler au départ ... Elle marmonna des injures en thalassien. La situation lui échappait et c'était d'autant plus horrible parce que Holéron portait dans ses veines le même sang qu'elle. Un descendant d'Adjealh qui était resté haut-elfe ... Quelle honte. Quelle honte pour cette lignée de sang aux capacités innées avec la magie et le savoir depuis des millénaires.

    La matriarche fulminait dans ses pensées quand une ombre s'invita près d'elle.

    " Il va bien, simple malaise vagal. L'enthousiasme de nos retrouvailles sûrement." Le Capitaine Quel'dorei dégrafa sa cape, la posant sur le lit à l'intérieur avant de revenir vers Nelandÿl. " Tu me sembles bien songeuse Nel ..."

    " Les terres du nord pour un trésor ... Tu te fous vraiment de moi. Piéger nos troupes pour ça !" La duchesse lança un regard haineux vers le frère de Oelaryn, se tenant à distance, droite et fière malgré sa posture de prisonnière.

    " Ce n'est qu'un résumé." Holéron se posa contre elle, lui prenant le visage entre les doigts, serrant ceux-ci pour lui intimer la tranquillité alors que son regard semblait de plus en plus souffrir au fil de ses réflexions. "Les réprouvés tiennent ma fille unique dans une base de la reine banshee, en Arathi. J'ai besoin de toi pour aller la récupérer. C'est mon seul sang, bien qu'elle ne soit pas d'union mariée."

    " Les réprouvés sont nos alliés. Je ne pourrais pas."

    " Bien sûr que si, tu peux. Tu sais aussi bien que moi qu'ils n'hésiteront pas, le moment venu, d'écraser le Quel'Thalas. Ce n'est qu'une question de temps. Lor'themar Theron ne laissera pas Sylvanas se jouer de lui plus longtemps ... Et quand il ne lui plaira plus ... Adieu peuple Sin'dorei."

    Nelandÿl s'obstina, tenant tête au Capitaine, les deux se défiant du regard.

    " Tu le sais Nel, tu sais très bien que je dis vrai. Votre place dans la Horde est une énorme bêtise."

    " Nous tiendrons tête aux réprouvés si cela est nécessaire."

    " Seuls, non. Purement et simplement parce que votre natalité est trop faible. Alors que eux, chaque mort est relevé ... Une armée infinie. Un fléau nouveau." Holéron soupira, penchant son visage vers celui de la duchesse, la tenant toujours fermement. " Maintenant, soit gentille et vas te déshabiller."

    Il la lâcha mais elle ne bougea pas.

    " Ne me fait pas répéter Nel. Fais ce dont j'ai envie ... Ou ils en pâtiront et je ne doute pas de la hargne de certaines familles ou équipages pirates si tu fais tuer leurs membres."

    Nelandÿl grogna, prenant sa posture impériale avant se s'engouffrer dans l'intérieur. Une impasse. Cette histoire n'était qu'une impasse. Qu'elle devait surmonter. Ornant son courage de sa sensualité, elle se dévêtit. La nuit serait horriblement longue.


    *


    Le lendemain, la cavale commença. Et quand Gaéthys s'approcha trop près de la duchesse, elle remarqua les bandages autour des doigts de la main droite de celle-ci. Repérant le regard de la prêtresse, Nelandÿl lui chuchota juste quelques mots.

    " Doigts brisés, rien de grave."

    Et ils partirent au galop en direction des terres du nord, entourés par le contingent haut elfe. Et Holéron.



    Chapitre 5: Captivité.


    Ils venaient d'arriver en Arathi et le paysage n'avait cessé de défiler avec une exactitude maladive durant tout le voyage. Sans parler des pauses, du changement de chevaux, du ravitaillement et de la surveillance, en plus du travail des rangers et des arcanistes pour effacer les traces visibles de la troupe. Nesereth se tenait à Oelaryn, épuisée par cette chaleur infâme du destrier contre ses fesses. Le jeune mage lui avait refusé plusieurs fois la bride, la qualifiant de gamine fragile. Elle. Une ranger furtive. Elle n'avait pas boudée durant le trajet, mais son silence évocateur à plusieurs reprises eu raison à la fin, provoquant les excuses de l'ancien apprenti de Gallon. Et encore malgré ça, il la garda derrière lui. Tant pis se disait-elle, au retour, ce serait elle devant et lui derrière.

    Prenant repérage vite fait de la zone, les soldats Quel'dorei et les Sin'dorei s'installèrent non loin d'une falaise, sous les arbres, dans une zone vide et sans utilité que ce soit pour les réprouvés comme pour les humains. Ils ne devaient pas se faire repérer. Pourtant, ils n'avaient pas hésité à faire un feu un plus des tentes de fortunes. Par prudence, des rangers haut elfes étaient positionnés dans les arbres aux alentours du campement improvisé. Et vu la guerre plus au nord et à l'Ouest, il valait mieux le faire, oui.


    *


    Les chevaux laissés libres près des tentes, Nesereth se glissa près du feu. Observant le ciel, elle remarqua que le Soleil était bas, proche de l'horizon. Un petit sourire lui vient quand elle assimila mentalement la couleur du couchant aux cheveux braisés de l'ancien amant de son aînée. Mais déjà on la tirait de sa rêverie.

    " Je veux un rapide repérage de l'environnement. Et surtout, je veux la localisation de ce fort réprouvé. Ordre du Capitaine Holéron. Les furtifs en place. Même la Sin'dorei, allez allez."

    La jeune elfe se passa une main dans la nuque, se mettant à suivre ses confrères Quel'dorei dans les méandres de la forêt. Territoire sec, avec peu d'arbre une fois la cachette du campement quittée. Mais le couchant aidant, ils fondirent dans les ombres à la recherche de la base ennemi.

    Ennemi ... Des réprouvés. Des membres de sa faction... Nesereth ne comprenait plus le raisonnement de la matriarche. Quelque chose la dépassait.


    **


    Nag'har louchait régulièrement sur les barreaux de sa cage. Au moins trente fois par tranche de dix minutes. Selon ce qu'elle disait à Draggam et au vieux mage, c'était pour s'occuper. Justement, parlons-en du vieux mage.
    Une fois le gros des troupes ayant quittés le manoir, les haut elfes restant avaient décidés dans un éclair de lucidité d'embarquer le Malran avec. Question de sécurité. Nag'har avait bien rigolé sous ce prétexte. A l'évidence, tout semblait n'être qu'ordre préparé à l'avance. Un gros piège, bien tendu, comme lors des traques pour le gros gibier. Mais il fallait bien le camoufler ou la bête sentait venir le piège.

    Sur ce coup, ils s'étaient tous faits avoir, pas de doute.

    " Je prie les esprits pour qu'ils aillent bien et que nos ancêtres les protègent."

    La chasseuse tourna la tête vers la chamane qui venait de parler dans un murmure typique et le vieil homme. Les deux s'étaient découverts et depuis ne cessaient de discuter des esprits et des aspects de la magie. De Draenor aussi. Puis de la nourriture orque et humaine. Avant de dériver sur l'état probable des Portelunes prisonniers dans le nord.

    Nag'har secoua la tête pour elle-même. Ils ne pouvaient pas savoir. Et le fait d'être enfermés dans des cages n'aidait pas à prendre des nouvelles ... Au moins ils étaient épargnés par les disputes sur la felmagie et l'arcane pure. La jeune orque repensa justement à ce jour précis, se tapotant le nez. Décidément, les elfes étaient des êtres étranges ... Ça ne lui viendrait jamais à elle, de s'engueuler avec un orc brun. Jamais.


    ***


    Le repérage avait été amplement suffisant et la découverte de la base réprouvée presque trop facile. Même si le gros du travail revenait aux anciens frères de son peuple, Nesereth semblait satisfaite de ses performances journalières malgré les courbatures de la cavale.

    Épuisée et un peu chancelante après tant d'activité et de maîtrise de soi, la jeune elfe se laissa tomber près d'un arbre aux abords du campement de fortune, fermant les yeux. Alors qu'elle sombrait lentement dans le sommeil, des mains l'agrippèrent vivement puis la secouèrent comme un pommier.

    " Urgence, patrouille orque repérée non loin. Allez, debout debout ! "

    Déjà ? Si peu pour se reposer ... Elle grimaça d'autant plus en retenant la race des factionnaires.

    " Je ne peux pas, ce sont ... "

    Elle sentit la lame de l'épée contre sa nuque, la faisant frémir d'horreur.

    " Ce n'est pas une question, elfe de sang, c'est un ordre. "


    ****


    Un hurlement strident fît sursauter tout le campement, même Nelandÿl qui se redirigeait vers la tente d'Holéron. Deux soldats haut-elfe en plaque tenaient en qualité de prisonnière une Orque. Inconnue au bataillon. Du moins c'est ce que pensa Nesereth en arrivant juste après eux.

    " Une survivante de la patrouille massacrée auparavant..."
    " Oui, malgré le passage des Sin'dorei pour camoufler notre présence, l'avant post au sud se doute de quelque chose ... "

    Nelandÿl fixa la brute à la peau verte.

    " Ton nom ?"

    Un rugissement déchirant, enragé suivit d'un regard empli de haine se posa sur la Duchesse. " Kengram ... "

    Il y avait à cet instant là dans les rangs des Sin'dorei une douleur insensée, un regret absolu face à une bêtise immense.

    " Je ne connais pas. Vous pouvez vous en occuper à votre guise, Quel'dorei. Bonne nuit." La duchesse disparut dans la tente du capitaine.

    Oelaryn posa immédiatement ses mains sur les yeux de Nesereth, lui bloquant la vue alors que la prisonnière hurlait de plus belle. Le bruit des vêtements que l'on déchire, puis les injures qui fusent. L'odeur cuivrée du sang. Le tintement sinistre des lames que l'on dégaine. Le brasier que l'on remue pour chauffer le fer. Ou pour brûler la peau. La chair fondue. L'accumulation du tout. La torture. Cela allait durer toute la nuit. Une véritable horreur ponctuée par les hurlements sans fin de la combattante.

    Theira chuchota quelques mots que la jeune voleuse entendit avec peine. On s'éloignait de la vengeance d'un peuple sur un autre. Oelaryn se mit à chanter avec Gaéthys, de vieilles comptines elfiques... Se déroulant dans le passé et portant en louange les combattants des guerres trolles.

    Mais personne ne trouva le sommeil cette nuit-là.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Theira

avatar

Messages : 160
Date d'inscription : 06/12/2010
Age : 24

MessageSujet: Re: A la poursuite de la Lune.   Lun 29 Aoû - 22:11

    Chapitre 6: Frappe au cœur.


    La nuit suivante, l'assaut sur la base Hordeuse fût programmé. Les soldats d'Holéron s'étaient entraînés à part depuis la nuit du sacrifice. La prisonnière orque, encore en vie au matin mais brisée tant physiquement que mentalement par la torture et la haine d'un peuple, fût achevée par Nelandÿl et Theira près de la falaise. Elles avaient toutes deux préféré abréger les souffrances de la peau verte plutôt que de la laisser agoniser encore plus longuement. Quant à Nesereth, elle ne décollait plus d'Oelaryn. Il était devenu son point de repère, son refuge dans cette captivité affreuse. Tous attendaient maintenant l'heure de prendre les armes.


    *


    Sous les rayons de la lune, l'ordre de faire marche sur l'ennemi sonna. La démoniste observait les troupes haut elfes s'élancer en premier contre le fort, broyant littéralement la porte sous un bélier de bois improvisé. Les réprouvés étaient nombreux à vue d'œil et Theira comprenait pourquoi Holéron avait fait venir Nelandÿl ... Il avait espéré des combattants doués pour le soutenir au mieux durant le combat en plus de la diversion apportée tout le long du chemin jusqu'à l'objectif. Jusqu'à ici. Amputés de Draggam et Nag'har avec en plus deux anciens apprentis, il allait être servi niveau qualité ... Elle se mit à ricaner sans vraiment s'en rendre compte avant d'apercevoir le regard noir de sa sœur.

    Ça aussi, Theira le savait. La situation insupportable de Nelandÿl, ses sentiments vis-à-vis de cette attaque, du Capitaine, de la mission en général ... Elle lisait en son aînée comme dans un livre ouvert. Ou presque.

    " Allez, on charge aussi. Reste avec moi, on va tenter de trouver son sang avant lui ... J'ai une idée."

    Les Sin'dorei se jetèrent dans la mêlée en hurlant. La surprise des troupes réprouvés fût complète. Ils ne ... S'attendaient pas à se retrouver face à leurs alliés du nord. A partir de cet avantage fou, les protections furent enfoncées, le plus gros de l'ennemi massacré. C'était maintenant du bout à bout, un combat pour un escalier, pour une porte, un bout de couloir ...

    Theira se tenait près de Nelandÿl qui avançait vers le donjon mais aussi de Oelaryn et Nesereth. Les deux plus jeunes se battaient avec une vivacité propre à la jeunesse mais des manques d'adresse terrible. En face, un mage expérimenté et son garde du corps.

    La démoniste le vit venir. De loin. Le sort qui allait les tuer. Elle ne réfléchit pas, incantant, son filtre s'imposant face à la boule de nécromancie. On verrait bien alors qui de la felmagie ou de cette autre énergie aurait le dessus ... Les deux jeunes, en prise avec le garde squelette ne bougèrent même pas. Ce dernier s'estompa. Theira hurla, hurla fort. Trop tard. Le tir traversa le filtre et implosa contre eux. Quittant la protection de la matriarche, la rousse se précipita vers Nesereth et Oelaryn, lançant Haadhun contre le mage réprouvé, n'en faisant qu'une bouchée ou plutôt une volée de tête.

    Ils étaient ... inversés. Oelaryn se releva en prenant appuie sur Theira avant de hurler, comprenant.

    " Par le soleil, pourquoi j'ai une paire de seins ?"

    " ... En fait, tu n'as pas qu'une paire." Nesereth se mit à rire comme une malade ... Ou plutôt comme un, avec une voix grave et voluptueuse.

    " ... Je rêve ou t'es devenu aussi plat qu'une planche, là, Nese ... ?" Oelaryn la fixait, impressionné. La voleuse rougit, se tapotant ... Jusqu'à l'entrejambe ou elle se mit à rire encore plus fort.

    Theira se passa une main sur le visage. "Au moins le sort n'a tué personne ... La légion merci la felmagie nous a sauvé." Puis elle rejoignit Nelandÿl en suivant le chemin parcouru par celle-ci depuis qu'elle s'était éloignée.


    **


    La démoniste trébucha en entrant dans la dernière salle du donjon, se relevant lentement avant de voir sa sœur face à face avec le réprouvé, complétement éberlué, et la jeune haute elfe, le regard brillant de soulagement.

    " Elle est là." Nelandÿl chuchotait, pensive, donnant à Theira une information qu'elle voyait déjà.

    Le réprouvé ne bougeait pas, toujours silencieux et surpris. Sa lame rangée sur le côté... La duchesse cligna des yeux, tournant sa tête légèrement vers sa compagne d'arme.

    " Seul mon sang dominera."

    Elle s'élança alors vers l'apôtre de Sylvanas, tirant la lame rangée dans son fourreau du mort vivant avec la main gauche d'un coup sec sans le blesser, le repoussant. Fixant l'infante, soudainement terrifiée. Et lui enfonça l'épée dans le cœur, jusqu'à la garde, la tournant à droite puis à gauche. Le sang s'écoulant en une mare naissante sur le sol.

    "Prend son âme ! Il ne doit y avoir aucune chance !"

    Theira s'exécuta vivement, puis recula dans l'ombre avec la pierre encore chaude. Quant à Nelandÿl, elle retira l'arme du corps sans vie de la fille d'Holéron, s'élançant sur le réprouvé. Au moment ou le Capitaine Haut-elfe et ses hommes arrivèrent dans la salle, Nelandÿl tuait le non-mort, jetant l'épée pleine du sang enfantin devant eux.

    "Il l'a tué dès qu'il m'a vu. Je n'ai rien pu faire. "

    Le hurlement d'Holéron ébranla le fort.
    Il récupéra ensuite le corps ensanglanté et partit, accompagné des Sin'dorei. Ses hommes déclenchèrent un feu dans la base réprouvée. Elle s'effondrait sur ses fondations, sur elle-même comme un château de cartes, engloutissant les terribles scènes de combats... mais aussi la frappe au cœur de la matriarche.


    Chapitre 7: Le refuge de couvrevent.


    Ils avaient démonté le campement puis chevauché loin vers le sud, retournant dans les territoires de l'alliance. L'ambiance entre les Quel'dorei et les Sin'dorei n'était plus tellement tendue, certains échangeant des regards de regrets et de tristesses avec leurs anciens frères. Notamment depuis la mort de la fille du Capitaine. Lui qui avait misé tout ses espoirs sur l'intervention de la duchesse et de ses hommes ... Il semblait vidé. Tyrannique envers tous, sans exceptions. Encore plus glacial qu'à l'accoutumée. Ne parlant qu'avec Nelandÿl et l'un de ses officiers pour faire passer les ordres.

    Mais Gaéthys n'entendit qu'un seul de ceux-ci.

    " Nous allons au refuge de Couvrevent pour faire un dernier hommage digne à mon sang. C'est mon domaine et le sien. Faites avancer les troupes dans cette direction."


    *

    La prêtresse ralentit l'allure du cheval en tirant sur la bride, imitant le mouvement général à l'approche du refuge, celui-ci perdu près d'un lac et de hautes montagnes. Le petit jour pointait avec peine son nez après une journée entière de cavale depuis les hautes terres d'Arathi. Mais malgré ses connaissances en géographie, l'elfe n'arrivait pas à situer l'endroit. La végétation, les reliefs ... Peut-être à proximité de la civilisation naine. Mais rien n'était certain.

    Ils avançaient tous lentement, fatigués par l'agitation des nuits précédentes. Certains têtes basses, d'autres regardant les environs avec ennui. Gaéthys repéra du regard sa cadette, dormant contre le dos d'Oelaryn. Et cette pensée triste et pénible la traversa. Phaerein lui manquait. Presque douze jours sans nouvelles. Elle se mordit la lèvre, lançant un regard vers la matriarche.

    La présence du duc à ses côtés devait aussi lui manquer terriblement. Et vu les marquages discrets mais présents qu'elle arborait tous les jours, l'autre haut elfe devait lui en faire voir de toutes les couleurs dans sa couche. La prêtresse soupira, espérant juste qu'elle pourrait soulager, aider la duchesse dans sa douleur cachée une fois qu'ils seraient tirés d'affaire, loin de leurs anciens frères ...

    En relevant la tête, Gaéthys vit au loin des oiseaux s'enfuyant loin des montagnes. Beaucoup. Beaucoup trop. Le ciel se teinta de rouge et les nuages s'estompèrent avec violence. Un hurlement déchira le temps et l'espace. Elle se boucha les oreilles, par réflexe, surprise mais aussi terrifiée avant d'entendre Holéron crier dans l'agitation générale.

    " Aile-de-Mort arrive ! Fuyez ! "


    **


    Le destrier de la prêtresse s'agita, manquant de la renverser à plusieurs reprises, avant d'être immobilisé par une prise de fer. Theira tenait fermement la bride, grognant, la felmagie contenue dans son corps s'étendant aux environs dans cet excès de panique.

    " Vite !" La démoniste ne hurlait pas, contrairement aux autres, mais parlait suffisamment fort pour qu'on l'entendit. Tirant sur la corde, elle emmena à sa suite Gaéthys et le cheval, rejoignant Oelaryn, Nesereth et Nelandÿl à l'écart. Le ciel devenait de plus en plus rouge, des reflets terribles de feu l'animant à l'approche de l'aspect de la mort.

    "Partez. C'est un ordre ! Je vais chercher la gamine, je dois le faire. S'il faut tuer des haut elfes au passage, n'hésitez pas !" Nelandÿl ne laissa même pas le temps à ses troupes de réagir, s'élançant au galop vers le refuge que tous étaient en train de fuir, en pleine trajectoire funeste. La démoniste n'attendit pas et fît partir le groupe à l'exacte opposé.

    " Une grotte, il nous faut une grotte ! Par tous les démons de la légion, si on ne trouve pas de grotte, on est tous morts !"

    Gaéthys, aussi paniquée que Oelaryn et Nesereth, s'accrocha autant que possible à leur lueur d'espoir. A Theira.

    "Là-bas ! Une !"

    Sorti de sa torpeur, l'ancien apprenti de Gallon avait repéré un trou béant dans une des montagnes, petit de loin mais certainement assez large pour eux.

    " Allons-y, vite !"

    Theira en tête, tuant presque la bête sous l'effort, dirigea le groupe jusqu'à l'endroit indiqué. Au moment même où ils entraient dans la grotte en abandonnant les chevaux à leur triste sort, Aile de Mort déployait ses ailes et massacrait la vallée de ses flammes.


    Chapitre 8: Retour au pays.


    Theira descendit de la monture volante, une wyverne somme toute banale, posant enfin le pied à Brasse Tourbe, apaisée et soupirant avec une pointe de gaieté. Derrière elle, Draggam, sautait sur le sable, tirant les gros sacs sur le sol.La démoniste se félicitait, elles étaient en vie. Avec pleins de trucs à ramener au rafiot. Puis surtout, elle-même était entière ... Ça avait vraiment été de peu. Se reprenant, elle vérifia les sacs. Armement elfique, or fondu dérobé dans le refuge, oreilles de haut elfes pour Lenah, des teintures et du tissu typiquement elfique bien que Quel'dorei ... Ah, et des pierres précieuses découvertes dans la grotte. Enfin, l'ancienne mine naine.

    Les deux pirates se regardèrent, une nouvelle relation naissant entre elles. De la confiance ? Peut-être aussi du respect mutuel... Riant un coup de leur terrible aventure, elles ramassèrent les sacs puis rejoignirent le rafiot avec leurs cadeaux pour l'équipage. En sifflotant.


    *


    Nesereth, encore maladroite dans son corps d'homme était entrée en premier dans la maison-mère, serrant fermement le sac de pierres précieuses contre son torse. Oelaryn, derrière elle, tenait quant à lui les ouvrages et les artefacts peu nombreux mais encore en état, enfin presque, après le passage d'Aile-de-Mort, contre sa nouvelle poitrine et son jolie minois qui le perturbait chaque fois qu'il se voyait dans une glace.

    S'en suivit Gaéthys et Nag'har dans un enthousiasme contenu. Elles tenaient aussi des sacs, mais moins lourds que pour les deux premiers. Peut-être du tissu ou encore autre chose.

    Puis il y eut un silence gêné devant les serviteurs, ceux-ci partant prévenir les responsables. De l'escalier descendit le haut arcaniste Gallon mais également le trop pressé Phaerein puis les intendants. La question fusa d'ailleurs de ceux-ci.

    " Ou est la Duchesse de Portelune ?"


    **


    Nelandÿl entra lentement, lançant un regard aux membres de la maisonnée alors présents.

    " Le sort qui lie Nesereth et Oelaryn ne sera pas dissipé immédiatement. En guise de punition pour leur imprudence, les arcanistes de la maison le lèveront seulement ce Samedi. Ensuite, vous pouvez prendre les sacs que l'on vous ramène. Cadeau. Maintenant, je vais voir le patriarche."

    Elle n'attendit rien, elle ne voulait pas de toute façon. Regardant les bandages autour de ses doigts, la matriarche soupira. Grimpant l'escalier, retrouvant l'ambiance agréable et l'odeur de sa demeure. Une fois face au bureau d'Arkamentir, peut-être au courant ou pas de leur arrivée improviste, Nelandÿl poussa la porte, entrant dans la pièce puis fermant celle-ci à double tour.

    "Nous avons à parler, mon aimé."


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A la poursuite de la Lune.   

Revenir en haut Aller en bas
 
A la poursuite de la Lune.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Lune de Little Big Sackboy
» Le Mystérieux Crâne d'Acier sur la lune Dent-d'Or.
» Le coup de lune........
» [Terre - La lune] L'attaque de l'Ecole De La Navy.
» [Fanfic] Lorsque la Lune sourit

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: LE RONAE :: Carnets de bord-
Sauter vers: